Biographie

Né le 5 janvier 1981, à Nérac en Lot-et-Garonne, j’ai été élevé dans une famille d’agriculteurs. Après des études d’Arts Appliqués à la publicité et un BTS communication visuelle à Bordeaux, ma rencontre en 2001 avec Félix Anaut (peintre espagnol), fait exploser mon envie de peindre et donne naissance à Pyropat.

De Février 2002 à février 2007, j’occupe le poste d’infographiste à la mairie de Villeneuve-sur-Lot (47). Je fais mes débuts dans la peinture en m’atelant à la tâche dès ma journée terminée.

En Mai 2007, je deviens artiste libre et infographiste indépendant. Après 6 ans de travail et d’expositions en France et à l’étranger, ma démarche se construit et s’oriente vers la création en temps réel, la trace de mon geste, l’abstraction.

Été 2008, je décide de ne plus travailler qu’en public et en improvisation : la peinture en direct devient une composante primordiale de ma démarche. Je travaille aussi en collaboration avec des musiciens, danseurs et de plus en plus aux côtés d’adultes handicapés.

En 2009, je dirige l’association des Chercheurs d’Art qui crée un salon d’Art Contemporain participatif à Villeneuve-sur-Lot (47), réunissant 18 artistes du grand Sud Ouest. La même année je lance pour la première fois mon projet Tout Reste à Faire : qui consiste à créer une exposition pendant le temps de l’exposition, en direct et en public.

En 2010, mes projets artistiques se densifient et mes formats grandissent. Des rencontres avec Christine Truong (agent d’artistes) et Christian Malaurie (sociologue et professeur d’université à Bordeaux), me permettent d’approfondir et de préciser ma démarche artistique.

L’année 2011 marque un pallier dans mon évolution. Au travers de nouvelles collaborations ainsi que de l’ouverture du « Pyropat studio ».

2012 voit l’émergence de concepts comme la « Peinture Contact », « l’Acte Poétique » venir enrichir ma démarche artistique. Je contribue aussi à la construction et à la réussite du 2e salon des Chercheurs d’Art.

En 2013, je réalise mes premières expériences d’utilisation du feu. Le trait réapparaît dans mon processus créatif au moment où je prends conscience que ma peinture « sur le vif » doit être révélée pour trouver son identité. Cette évolution importante m’amène à considérer le temps de la performance comme la source de mon travail et plus uniquement sa finalité. Après cinq expériences, de Villeneuve-sur-Lot à Paris, de « peinture contact », je comprends que le corps des autres m’intéresse pour son potentiel de contact direct. Je décide donc de préparer une performance interactive sur la thématique du « corps social ».

Pyropat

signature Pyropat